5 bonnes raisons de faire contrôler sa vue à la rentrée quel que soit l’âge !

5 bonnes raisons de faire contrôler sa vue à la rentrée quel que soit l’âge !

La rentrée des classes est le moment idéal pour inventorier tout ce qui rythmera l’année de cours à venir. En dehors des obligations scolaires (nouvelles fournitures, etc.) et extrascolaires (activités sportives, etc.), la rentrée est aussi l’occasion de faire le point sur la santé des enfants pour démarrer l’année du bon pied. L’Association nationale pour l’amélioration de la Vue (AsnaV) rappelle que l’examen visuel doit faire partie des « rendez-vous réflexe » en cette période pour les plus petits comme les plus grands.

A chaque âge… sa vigilance

Alors que le Baromètre 2013 de la santé visuelle des Français (AsnaV / OpinionWay) montre que 71% des parents ont conscience de l’importance d’un rendez-vous régulier pour dépister un éventuel trouble de la vue de leurs enfants, 34% d’entre eux ne le programme que tous les deux ans ou même plus.

Inscrire le contrôle de la vue dans l’agenda à chaque début d’année scolaire permet de renforcer les chances de réussite de ses enfants. L’Association rappelle ainsi qu’« à l’école, la vue c’est l’avenir ® ».

5 bonnes raisons de réaliser un contrôle annuel :

  1. Jusque l’âge de 12 ans, l’œil de l’enfant se construit : si un défaut visuel n’est pas détecté, il vivra avec sa déficience sans se rendre compte de son besoin de correction. Habitué à ses faiblesses, ce handicap au quotidien non corrigé s’accentuera plus vite avec l’âge.
  2. Un problème visuel décelé avant 6 ans a 75% de chance d’être corrigé s’il est détecté à temps. Par exemple, un dépistage précoce (avant 4 ans) permettra de détecter et corriger une amblyopie à 95%. Ainsi, l’œil paresseux retrouvera son utilité s’il est dépisté à temps.
  3. S’il existe des antécédents familiaux et si les parents ont porté des lunettes avant l’âge de 10 ans, ce peut être une source d’anomalie visuelle.
  4. 39% des 18/24 ans souffrent de fatigue visuelle d’après le dernier Baromètre de l’AsnaV/OpinionWay. L’utilisation abusive ou dans de mauvaises conditions des écrans (ordinateur, télévision, téléphone portable, tablette) peut entraîner ce mal de plus en plus répandu chez les jeunes. Gênant au quotidien, elle se manifeste par des maux de tête, problème de concentration, etc.
  5. 80% des informations liées à l’apprentissage passent par la vue : les capacités visuelles sont sollicitées pour lire et écrire, mais sont également un facteur d’intégration et d’interaction souvent sous estimées. Un défaut visuel non-dépisté peut ralentir l’apprentissage de l’enfant ou de l’adolescent et sa scolarité, voire son évolution sociale avec ses camarades à l’école ou lors d’activités extra-scolaires.

Le saviez-vous ?

Jusqu’à l’âge de 6 ans, plusieurs paires de lunettes peuvent être prises en charge par l’Assurance Maladie annuellement, en particulier si l’affection évolue. Le montant du remboursement est fixe pour la monture et varie en fonction du degré de correction.

Entre 6 et 18 ans, l’Assurance Maladie permet d’obtenir le remboursement d’une paire de lunettes par an, comprenant les verres et la monture. La prise en charge de cet équipement est la même que pour les plus jeunes.

Informations sur le site de l’assurance maladie.

Les conseils de l’AsnaV

La prévention est essentielle en matière de santé visuelle. En cas de doute, de nombreux professionnels sont à la disposition des parents pour les informer avant de se rendre chez l’ophtalmologiste : les pédiatres, les médecins de la Protection Maternelle et Infantile, les personnels de crèches, les médecins ou les infirmiers de santé scolaire, sans oublier les opticiens.

N’attendez pas d’identifier une gène ou un comportement anormal chez l’enfant pour faire contrôler sa vue. Ayez le réflexe dès le plus jeune âge de réaliser un contrôle régulier, au moins tous les 2 ans et avant l’âge de 3 ans.