Baromètre 2014 de la santé visuelle : Les Français moins attentifs à la prévention

Chaque année depuis 2005, l’Association nationale pour l’amélioration de la Vue (AsnaV) publie les résultats de son Baromètre de la Santé Visuelle, réalisé par OpinonWay. Il contribue à comprendre l’importance que les Français accordent à leur vue et identifie l’évolution des pratiques en matière de santé visuelle.

Le Baromètre 2014 montre que les Français, dans un contexte globalement morose, prennent des risques pour leur santé visuelle en espaçant les visites de contrôle et de suivi, en adoptant une démarche plus curative que préventive. Malgré tout, préserver leur vue reste essentiel.

Bertrand Roy

©AsnaV

 

 

« En matière de santé visuelle, comme dans d’autres domaines liés aux soins, les Français considèrent la prévention non plus comme une nécessité mais un confort. Ils adoptent des comportements moins vertueux. Cette attitude peut s’expliquer par le contexte globalement morose.
Pourtant, la santé visuelle reste pour eux une importante préoccupation, malgré les signaux négatifs envoyés par les pouvoirs publics. Les Français rejettent d’ailleurs les récentes mesures envisagées par le gouvernement, comme la diminution du remboursement des équipements optiques par les assurances complémentaires qu’ils estiment déjà insuffisant.
Pour eux, la santé visuelle reste une question de santé publique !
Plus que jamais, l’AsnaV doit continuer à les informer et à les sensibiliser sur l’importance de préserver leur vue« , explique Bertrand Roy – Président de l’AsnaV. 

 

 

La santé visuelle : enjeu de santé publique

Considérée comme une problématique de santé publique pour 93% des sondés au même titre que d’autres affections, la santé visuelle doit rester dans le cadre de la solidarité nationale et continuer à être prise en charge par l’assurance maladie (à 96%).
32% des Français interrogés estiment que pour améliorer la santé visuelle, un meilleur remboursement des soins et des équipements est nécessaire.
82% estiment que les mesures envisagées par le Gouvernement visant à diminuer le remboursement d’équipements optiques par les assurances complémentaires est une mauvaise chose.
Ces chiffres démontrent que, pour la grande majorité des Français, la santé visuelle a toute sa place parmi l’ensemble
des problématiques de santé publique et qu’elle doit, à ce titre, bénéficier d’une meilleure prise en charge.
Ils ne souhaitent pas sacrifier leur santé visuelle pour autant. Même s’ils sont moins réguliers dans le suivi, ils seraient prêts à dépenser plus pour avoir des équipements visuels français ou avec des verres de qualité (respectivement 57% et 53%).

 

Les pratiques de prévention : actes de confort ?

Malgré un recul général de l’intérêt pour les questions de santé depuis 2008, la vue reste la 1ère préoccupation des Français (note de 5,7 sur 10) avant les problèmes cardio-vasculaires (5,3), dentaires (5,3) ou d’audition (4,7).

Ce détachement se traduit par une baisse des pratiques de prévention :

– Pour 26% des Français le dernier contrôle visuel date de plus de 2 ans (+ 6 points en 1 an).
–  32% des Français (+ 3 points par rapport à 2013) réalisent un contrôle tous les 3 ans ou moins
   fréquemment.
–  33% des Français (+ 13 points par rapport à 2013) changent de paires de lunettes tous les 4 ans ou plus.

 

Les Français ressentent les effets du temps passé devant les écrans

Les écrans (télévision, ordinateur, smartphone ou tablette) ont pris une place centrale dans la vie des Français.
Si le temps passé par l’ensemble de la population face aux divers écrans n’a guère varié depuis 2013 (+ 4 mn),
celui-ci a encore augmenté de près d’1 heure chez les 16 / 24 ans (7 h 52 mn vs 6 h 58 mn en 2013).

Les Français sont conscients des effets néfastes des écrans sur leur santé visuelle. D’ailleurs,
29% des Français et 40% des jeunes âgés de 16-24 ans ont déjà ressenti des troubles visuels (fatigue oculaire, picotement, migraine, flou, etc.) à cause du temps passé devant un écran.
Cela peut expliquer pourquoi 51% des Français souffrent de problèmes de vision de près (en hausse de 7 points comparé à 2013).

Alors que les besoins et les contraintes visuels sont croissants, le relâchement observé dans les pratiques des Français et le désengagement des pouvoirs publics encouragent l’AsnaV a redoublé ses efforts d’information et de sensibilisation pour que chacun puisse bénéficier d’une bonne qualité de vue pour une meilleure qualité de vie.