Nous sollicitons notre vue tout au long de la journée quelle que soit notreactivité. Une grande majorité d’entre nous passe de nombreuses heures

devant un écran d’ordinateur pour travailler ou pour jouer aux jeux vidéo. Ce temps passé devant l’écran n’est pas sans effet sur nos yeux.

Fatigue visuelle, qu’est-ce que c’est ?

Maux de tête, picotements dans les yeux, sensations d’œil sec, œil rouge, vision trouble. 30 à 40% des personnes qui travaillent sur écran se plaignent de fatigue visuelle.
Pour voir net, notre œil s’adapte en permanence au moyen de muscles. Sur écran, ces muscles sont fortement sollicités car le regard balaie plus ou moins vite différentes zones, différents plans, plus ou moins éclairés. Travailler sur écran diminue la fréquence du clignement des yeux entraînant une sécheresse de l’œil et un inconfort visuel.
La sécheresse de l’air, le tabac, la climatisation, les ventilateurs sont facteurs de sécheresse oculaire et contribuent à la fatigue visuelle. Les symptômes de fatigue visuelle apparaissent au bout de 4 heures passées devant l’écran et s’accumulent. Plus la semaine avance, plus la distance pour avoir une vision nette s’agrandit.

Les écrans d’ordinateur : source de fatigue

De plus en plus, les écrans envahissent notre vie, développant une nouvelle exigence visuelle. Dès le plus jeune âge, avec les jeux vidéo et la généralisation de l’informatique à l’école, au travail, dans les tâches quotidiennes ou dans les loisirs, la vision est sollicitée. Depuis quelques années, les écrans se multiplient tant au domicile, dans les transports, les lieux publics que dans le cadre professionnel. La fonction visuelle est-elle affectée par cette évolution ?
La réponse est claire : le travail sur écran ne génère pas de pathologie oculaire mais révèle et/ou renforce des anomalies préexistantes. Le dépistage précoce de ces anomalies et leur correction rigoureuse sont indispensables pour prévenir la détérioration de la fonction visuelle. Aujourd’hui, la meilleure ergonomie des postes de travail et la conception des écrans et des logiciels permettent de réduire la fréquence et l’intensité des troubles. Grâce à un travail multidisciplinaire impliquant ophtalmologistes, opticiens, médecins du travail, psychologues, sociologues et ingénieurs, le travail sur écran est devenu le plus souvent confortable et sans risques.