Chaque âge de la vie est une étape pour la vue. Nourrisson, la vue se construit, enfant les anomalies apparaissent, à l’âge adulte la vue se stabilise et après 40 ans elle montre des signes de fatigue.

De la naissance à 10 ans

A 3 jours, le nourrisson peut fixer le visage de sa maman et à 6 semaines, il le reconnaît déjà. Sa vision se construit mois après mois. Pour préserver le capital visuel d’un enfant, il est indispensable de détecter et de corriger le plus tôt possible ses défauts visuels. En France, les règles de la protection maternelle et infantile imposent trois visites obligatoires du jeune enfant comportant un examen de la vue : au 8ème jour de la vie, à 9 mois et à 2 ans. En dépistant et en corrigeant la vue des bébés avant 1 an, on pourrait éviter chaque année à plus de 40 000 enfants de devenir malvoyants. Même si aucune anomalie visuelle ne s’est révélée pendant les premiers mois de bébé, la surveillance ne doit pas se relâcher jusqu’à son entrée à la “grande école”. Pour aborder cette importante étape de la vie, l’enfant doit posséder des capacités visuelles optimales et les conserver pour s’épanouir dans toutes les activités de la vie quotidienne. L’enfant sera suivi à l’école car la vue revêt une importance capitale dès la scolarisation. Il doit être capable de lire parfaitement au tableau et de déchiffrer les mots sur son cahier.

De 10 à 20 ans

La vue s’est stabilisée, les éventuelles anomalies ont été corrigées. La surveillance doit cependant se poursuivre, notamment par un examen chez l’ophtalmologiste au moment de passer le permis de conduire. Pour conserver de bonnes capacités visuelles, des petits gestes simples sont importants : porter des lunettes de soleil, faire des pauses régulières devant l’écran d’ordinateur ou les jeux vidéo, garder ses lunettes en permanence lorsque l’on doit en porter.

De 20 à 60 ans

Certains événements de la vie demandent une attention particulière : la pratique de sports, l’usage d’écrans de visualisation, la grossesse…sans oublier de guetter le moindre signe de fatigue au volant. Au moment de la quarantaine un bilan complet de la vue s’impose. L’âge de la presbytie est en effet le moment opportun pour vérifier qu’aucune pathologie liée au vieillissement ne commence à se développer. Et pour corriger cette presbytie, adopter une solution adaptée et personnalisée : les loupes de lecture ne sont utiles qu’en dépannage.

Au-delà de 60 ans

Plus on avance en âge, plus l’œil montre des signes de fatigue de diverse importance. Certaines activités de la vie quotidienne présentent des difficultés ignorées jusqu’alors. Des visites régulières chez l’ophtalmologiste sont indispensables : tous les deux ans, sans problème particulier, ou plus fréquemment selon l’avis du spécialiste.
Trois pathologies sont plus particulièrement liées à l’âge : la cataracte, qui concerne environ 38% des plus de 65 ans, le glaucome, qui touche 1,5 million de personnes en France, dont 500 000 ignorent en être atteintes, et la DMLA, (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age) qui se développe à partir de 50 ans et peut évoluer vers une perte totale de la vision centrale.
Pour cette dernière maladie, la prévention est essentielle : on estime à seulement 25% le nombre de personnes qui consultent assez tôt pour bénéficier d’un traitement.