Bien voir est une nécessité : la vue des Français est une question de santé, qui doit rester accessible à tous

Bien voir est une nécessité : la vue des Français est une question de santé, qui doit rester accessible à tous

Paris le 18 septembre 2013 – Dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale, la Cour des Comptes préconise une accélération des économies. Plusieurs remboursements sont pointés du doigt, dont ceux des frais d’optique. L’Association nationale pour l’amélioration de la Vue (AsnaV), qui a pour mission de sensibiliser les Français à la santé visuelle, alerte sur les conséquences d’une telle recommandation qui dévaluerait la nécessité de donner accès à tous à une correction visuelle adaptée.

Si la vue est un des cinq sens principaux cela n’est pas pour rien. Elle est indispensable au quotidien dans de nombreuses occasions, comme :

  • Un bon apprentissage à l’école (80% des informations liées à l’apprentissage passent par la vue),
  • La sécurité routière (90% liées à la conduite passent par les yeux),
  • L’activité professionnelle (63% des 25-43 ans et 76% des cadres se plaignent de fatigue visuelle 1).

Avoir une bonne vue n’est pas un confort, c’est une nécessité pour la société ! Elle est indissociable de l’apprentissage, la sécurité au volant 2 , au domicile 3 ou encore au travail 4 et est un facteur de productivité (la mauvaise vision coûte 269 milliards de perte de productivité au niveau mondial, donc 50 milliards en Europe 5). Envisager un déremboursement des équipements optiques impliquerait certes une économie de 200 millions d’euros pour la Sécurité sociale, mais induirait des conséquences économiques et sociales beaucoup plus élevées en augmentant le risque d’une mauvaise prise en charge de la santé visuelle de la population.

Aujourd’hui ne plus rembourser les soins optiques, c’est prendre le risque que les Français ne s’équipent plus ou ne prennent plus aussi bien soin d’eux. Par ailleurs, cela inciterait à ce que seule une partie de la population – la plus aisée- s’équipe au détriment de l’ensemble.

«  La santé visuelle est suffisamment importante pour ne pas qu’elle soit considérée comme un enjeu de société. Alors qu’aujourd’hui les Français en sont de plus en plus conscients 6  et adoptent des comportements plus responsables en la matière mais que 4 sur 10 de ceux ayant besoin d’un équipement renoncent ou diffèrent leur achat à cause de difficulté de financement 7 , une telle décision serait contreproductive en matière de santé publique et renforcerait de profondes inégalités. Bien voir est une nécessité pour toute la population. Je félicite et remercie à cet effet  madame Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, qui exclut fermement cette recommandation du processus de réflexion engagé en matière de réduction des coûts», explique Bertrand Roy, Président de l’AsnaV.

Bertrand Roy, Président de l’AsnaV,
se tient à votre disposition pour échanger avec vous à ce sujet.

1  Source : « Savoir pour mieux voir » (Essilor Activité Entreprise – 2011).
2  6% des conducteurs pensent avoir un défaut visuel mal ou non corrigé et plus de la moitié d’entre eux, ne s’en occupe pas par manque de temps – Source : Baromètre de la Santé visuelle (AsnaV-OpinionWay – 2013).
3 6% des Français (de 16 ans et plus) déclarent avoir déjà vécu un incident lié à un problème de vue (chute grave, intoxication alimentaire) – Source : Baromètre de la Santé visuelle (AsnaV-OpinionWay – 2013).
4  65 000 accidents oculaires au travail estimés dont plus de 18 000 avec arrêt – Source : CNAMTS Bilan du risque AT/MP (INRS, Mutuelle Préviadès – 2008).
5  Source : Organisation Mondiale de la Santé
6  78% des Français ont fait contrôler leur vue depuis moins de deux ans, contrairement à 66% en 2005 – Source : Baromètre de la Santé visuelle (AsnaV-OpinionWay – 2013).

7 Source : Essentiel de l’Optique (Opticien Luz – Septembre 2012)