Cadeaux de Noël connectés : quelques conseils pour préserver sa vue

Le 25 décembre, nombreux seront les petits et grands enfants à découvrir leurs cadeaux équipés d’un bel écran. Ordinateurs, tablettes, smartphones, liseuses, voire télévisions… tous vont exercer leur grand pouvoir d’attraction et conduire leurs utilisateurs à adopter un comportement qui peut générer quelques troubles de la vue. Pour les éviter, l’AsnaV rappelle quelques règles de bonne pratique :
• Se placer à bonne distance : pour que l’écran soit vu par la vision centrale, il faut positionner son regard à 1,5 fois la taille de sa diagonale. Soit pour une tablette de 30 cm de diagonale, 45 cm de distance entre les yeux et l’écran.
• Prévoir la bonne lumière : l’écran ne doit jamais être la seule source de lumière. Les objets fixes, ordinateurs ou télévisions, doivent être placés perpendiculairement aux fenêtres pour bénéficier de la lumière naturelle sans risque de reflets. Et le soir, un éclairage indirect et homogène est toujours nécessaire.
• Respecter des temps de pause : les symptômes de fatigue visuelle sont souvent ressentis à cause du temps passé sur les écrans. Pour les éviter, il convient de se ménager des pauses régulières à adapter en fonction de son activité.
Puisque c’est Noël, parlons des jeux vidéo : il est conseillé aux « gamers » de s’arrêter, au maximum, toutes les heures ou à chaque fin de partie et de changer totalement d’activités. Pour reposer ses yeux, il faut regarder au loin (5 à 6 mètres minimum) et cligner des paupières pour les réhydrater. Mais en aucun cas quitter sa console de jeux pour se précipiter sur son smartphone ! Bien évidemment, pour les plus jeunes, c’est aux parents de définir le rythme auquel l’enfant doit jouer. D’une façon générale, on estime le temps de pause nécessaire à 10 % du temps de jeu.
Tous ces conseils de bon sens ne sont pas suffisants si la personne a déjà un trouble de la vue qui nécessite le port de lunettes et qu’elle ne les porte pas. L’appellation « lunettes de repos » est erronée. Si l’ophtalmologiste les prescrit, il ne faut pas attendre d’en ressentir le besoin pour les chausser.
Pour mémoire, rappelons que les jeunes de 16 à 24 ans passent près de 10 heures* par jour sur les écrans quels qu’ils soient, dont 4 h 00 sur le smartphone.

* baromètre de la santé visuelle 2017 – OpinionWay pour l’AsnaV