La vue des Séniors

Retours aux dossiers

Bien voir pour bien vieillir

Selon l’INSEE, le nombre de seniors de plus de 75 ans en France doublera d’ici 2050 et les plus de 85 ans atteindront les 4 millions. Il est vrai aujourd’hui que l’âge de notre carte d’identité, ne correspond plus au même profil qu’il y a 20 ou 30 ans… on peut avoir 80 ans et en paraître 60 ou 60 et en paraître 40. Comparez par exemple les photos de vos parents, grands-parents ou arrière grands-parents au même âge…

Mais l’important ne réside pas principalement dans l’aspect d’un physique, l’important est d’être bien dans sa peau comme dans ses muscles, ses artères ou… ses yeux. Avec les progrès de la médecine, y compris en ophtalmologie, les seniors sont en forme et les tempes argentées devraient être agrémentées de lunettes de plus en plus performantes, tant sur le plan de la vision que du confort.

Pourquoi « devraient » ? Ce conditionnel souligne les lacunes de contrôle de la santé visuelle, au même titre que la santé auditive. Il faut donc favoriser le développement et l’accession aux techniques de repérage par les professionnels médicaux et paramédicaux. Parmi les outils actuellement proposés, le test de repérage « AVEC* » Audition/Vision/Equilibre/Cognition est mis à la disposition des soignants; il est composé de quelques questions et tests simples qui permettront d’orienter, le cas échéant, la personne vers l’ophtalmologiste.

Meilleure vue, meilleure vie

Parallèlement au dépistage, l’information autour de la qualité de la vue des seniors mérite d’être plus largement diffusée et des associations telles que l’AsnaV y contribuent.

Il est en effet capital au quotidien de pouvoir continuer à avoir une vie sociale, conduire, prendre les transports en commun ou tout simplement cuisiner, lire ou prendre des médicaments sans se tromper. Voir une exposition ou un film, lire un magazine ou des panneaux routiers, envoyer un mail ou échanger par Skype avec ses proches, la vue est une composante incontournable de la vie des seniors et le grand public doit être mieux informé des facteurs de risques susceptibles d’engendrer des troubles ou des pathologies. Développons en commun des réseaux intégrant gériatre, généraliste, ophtalmologiste, orthoptiste et opticien, pour développer en commun la prévention et le repérage. L’avenir est à la délégation vers les professions paramédicales pour permettre la meilleure protection possible des patients.

Docteur Arach Madjlessi

Gériatre, Paris, Président de la SOFRESC (Société française de réflexion sensori-cognitive), Auteur de ‘’Bien vieillir pour les nuls’’ (First Editions)

* Le test AVEC a reçu le prix de la Fondation Agir pour l’Audition.

Vue des séniors, redoublons d'attention

Petit à petit, le vieillissement diminue la qualité de la vision des seniors. Cette baisse progressive souvent peu ou non perçue entraîne des accidents, des chutes (5 400 000 en France chaque année) ou autres problèmes au quotidien. Il faut donc être vigilants et mettre en place des solutions de prévention par les seniors eux-mêmes, mais aussi par leur entourage et par les professionnels de la vision. Mais au-delà des risques d’accidents plus ou moins graves à domicile, dans la rue ou au volant il s’agit surtout de profiter pleinement des joies et des jolis moments de la vie. Après une vie de travail, balades, voyages, visites, sport, sorties, lecture, expositions ou dîners avec les amis ou la famille sont les bienvenus. Bon pied bon œil dit le dicton mais « bon œil, bon moral » serait aussi juste. Car sans une bonne vision, le champ des activités se restreint et le moral plonge. Une vie sociale, intellectuelle, sportive nécessite une bonne vue. Avant même de parler de dangers ou d’accidents, une bonne vision évite la dépendance et l’isolement, c’est la garante de l’autonomie et de la joie de vivre.

Quelques signes d'alerte

Pour rester positifs, sachons observer, avec l’aide des praticiens, ces troubles et maladies les plus courants qui s’attaquent à la vue de nos chères têtes grises.

  • Le cristallin : il perd de sa souplesse (presbytie) et de sa transparence (cataracte).
  • La rétine : elle se fragilise et entraîne des risques de DMLA.
  • Le corps vitré : des sédiments peuvent l’entacher, créant des visions de « mouches volantes ».
  • La production des larmes : sa diminution augmente la sensibilité de l’œil et le syndrome de l’œil sec.
  • Le système d’évacuation : s’il se bouche, la tension oculaire augmente et le nerf optique est écrasé, la vision est difficile dans l’obscurité, la vision périphérique rétrécit alors progressivement pour aller jusqu’au à la cécité, c’est le glaucome.

Ces troubles sont accentués en outre par l’hérédité et/ou par différents facteurs tels qu’expositions cumulées aux UV et au tabac, alcool, cholestérol, diabète… Le diabète ne doit pas être pris à la légère car il peut entraîner rétinopathie, œdème maculaire voire la cécité pure et simple.

Coup d'œil sur l'altération de la vision

Toutes ces pathologies oculaires peuvent avoir des conséquences très pénalisantes sur le quotidien plus encore car il s’agit de maladies muettes au moment des premiers symptômes et d’évolution lente.

  • Au volant, éblouissement et perte de réactivité (- 10% tous les 10 ans) impactent en particulier la conduite de nuit, plus encore pour les personnes atteintes de cataracte. Pour les cas de glaucome et de DMLA, une interdiction de conduite peut être prononcée par mesure de sécurité.
  • Au quotidien, la perte de netteté et des reliefs de près constitue un handicap pour tous. Lire, écrire, bricoler ou cuisiner, se déplacer, emprunter les escaliers… les gestes simples de la vie peuvent devenir risqués lorsque la correction de la vision n’est pas prise en main par un professionnel. Dans le cas d’une DMLA en revanche, la dégradation est plus importante et le quotidien s’en trouve considérablement affecté.

A quoi voit-on …que l'on ne voit pas ?

Vous avez du mal à lire les petits caractères, vous avez besoin de plus de lumière supplémentaire, vous tendez les bras pour éloigner votre livre ? C’est le début de la presbytie et personne n’y échappe hélas ! Mais les signes révélant des pathologies plus lourdes sont quant à eux moins connus :

  • La cataracte : Le violet, le bleu marine, le noir et le gris se confondent ? Vous avez un voile devant les yeux ? Vous êtes facilement ébloui, vous voyez un halo autour des sources de lumière, comme s’il y avait du brouillard ? Vous pouvez soudain vous passer de vos lunettes pour lire ? Claude Monet, qui en était atteint, peignait ainsi des Nymphéas dans des palettes de couleur très différentes avant et après sa cataracte mais ce qui passait pour un choix artistique chez Monet est moins facile à vivre pour le commun des mortels !
  • La DMLA : Taches floues ou noires sur une page blanche ou un visage, lignes qui se déforment ? Il est urgent de consulter.
  • Le glaucome, souvent précédé d’antécédents familiaux, rétrécit le champ visuel (angle mort en voiture, chambranle de porte, coin de table…), diminue la vision nocturne et comporte de vrais risques au quotidien. Pour votre sécurité comme pour celle de vos proches, consultez un ophtalmologiste le plus rapidement possible.

 

Jamais trop tard pour la prévention

Pour ces pathologies, plus le diagnostic est précoce, moins la maladie se développe. Les traitements ne servent qu’à stabiliser voire ralentir la maladie mais ne restituent pas la vision perdue… Exception faite de la cataracte qui s’opère actuellement très bien, avec un taux de réussite supérieur à 95%.

Le mieux pour tous les seniors est de consulter systématiquement et régulièrement un ophtalmologiste, (tous les 2 ans au minimum avant 60 ans, tous les ans après, et plus fréquemment en cas de pathologie ou d’antécédents).

A l’heure où la prévention n’apparaît plus comme une priorité pour beaucoup de Français, l’AsnaV souligne l’importance cruciale des contrôles, pour les seniors en particulier, sachant par ailleurs que le vieillissement de la population accroît risques et problèmes. A travers ce dossier consacré à la vue des seniors, l’AsnaV invite ainsi tous les professionnels de la vision à informer et sensibiliser cette population et son entourage.

La durée de vie progresse de décennie en décennie, mais pour profiter d’une longue vie heureuse et riche, une bonne vue est un outil indispensable.